Vente de charcuterie artisanale en ligne

Nos produits phares

TÊTE DE LARD, UNE HISTOIRE, UN CONCEPT : 

L'expression

Tête de lard, une expression connue de tous… Au XXème siècle, cette expression était signe de mépris total. Tête de lard était souvent utilisée pour désigner un personnage ronchon, têtu, désagréable ou mécontent aussi nommé «  Tête de cochon ». Aujourd’hui, nous utilisons cette expression avec beaucoup de dérisions et dans un contexte convivial.  

Mais qu'est ce que Tête de lard ?

Avec Tête de lard c’est simple et artisanal : un seul même carton, avec différentes charcuteries de diverses régions, un simple règlement, livré en point relais, à domicile, ou encore en solution fraiche, le tout en 24 heure ! Dès à présent vous pouvez parcourir notre univers et devenir vous aussi une vraie Tête de lard en naviguant sur notre site à travers lequel vous découvrirez six grands thèmes :

Nos saucissons

Découvrez un large choix de  saucissons artisanaux provenant de diverses régions, vous avez également plusieurs variétés de viandes à votre disposition.

Nos jambons

Retrouvez un grand nombre de jambons artisanaux retraçant l’histoire des régions avec des variétés de porc différents présentés sous de multiples formes, à la coupe, en quart, en demi ou en pièce entière. 

Nos Pâtés & Rillettes

Tête de lard, comme son nom l’indique, ça envoie le PÂTÉ ! C’est pour cette raison que dans cette rubrique, vous trouverez une multitude de Pâtés et rillettes essentiellement issus de l’artisanat et sélectionnés par nos plus grands soins. Ces produits sont vendus sous différentes formes, en conserve, verrine et en terrine. 

Nos autres produits

Partez à la rencontre d'une multitude de charcuteries artisanales provenant de différentes viandes telles que le canardle boeufle porcle taureau mais également la chèvre. Vous trouverez aussi d’autres produits artisanaux comme l’andouille, la coppa, les filets mignons, de la ventreche et bien d’autres encore. 

Nos régions

Grâce à une diversité de régions, venez réveiller vos papilles avec des salaisons uniques, authentiques, marquées par leur terroir. Les Têtes de lard vous proposent de découvrir les régions suivantes : l’Ardèchel’Auvergne / Haute Loirela Corsela Drômel’Espagne, le Jurale Pays-Basquela Provencela Savoie ou encore le Sud Ouest. 

Nos Producteurs

En parcourant la rubrique nos producteurs vous retrouverez tous nos artisans. Derrière chaque producteur se cache une  fiche descriptif pouvant retracer leur histoire leur valeur mais aussi leur savoir-faire. N’oublions pas, c’est grâce à nos producteurs que nous pouvons vous présenter des produits d’exceptions qui émerveilleront vos papilles. Bonne lecture ! 

Le cochon toute une histoire...

Descendant du sanglier, le cochon commence a être consommé il y a environ 8 500 ans au Proche Orient. Dans l'antiquité, le porc était considéré comme une légende. Il était servi à la table des Dieux et à celle des hommes essentiellement.

A l'époque, le cochon était une viande élevée, nourrie, abattue et découpée en fonction d'une loi romaine nommée "La Porcella". 

De 800 avant JC à 27 avant JC c'est l'âge du Fer, la période Celtes. La civilisation Celtes accorde une grosse importance aux sangliers : on retrouve l'animal sur des statuts, sur des pièces de monnaies et bien d'autres objets qualitatifs. 

A la période Gallo-Romaine, des troupeaux de porc à demi-sauvage nourris aux glands et aux faines étaient élevés par les Gaulois. 

C'est au temps du moyen âge que le Cochon a été développé sous diverses formes et recettes. Depuis, on le retrouve partout, avec différents types de conservations : fumé, recouvert de sel ou même en rillettes avec comme conservateur une couche de graisse. 

Cependant, le porc est parfois devenu une contrainte pour l'homme, porté responsable de multiples accidents dans les villes, villages et campagnes, et il se nourrissait de tout. A l'époque du moyen âge, un cochon qui se conduisait mal était jugé, tel un homme, torturé sur la place publique. 

Du XXème siècle jusqu'aux années 1960, chaque famille habitant à la campagne élevait un ou plusieurs porc. Cela était très courant. Ils étaient ensuite abattus à la ferme. Ces bêtes étaient souvent bien élevée car la viande produite servait à nourrir la famille pendant plusieurs mois. 

De nos jours, les règles d'hygiène  ne permettent plus ces pratiques. De nos jours, le cochon est élevé en ferme et est obligé de passer dans un abattoir afin de respecter une procédure précise. 

Concernant l’étymologie de "charcuterie", on l'entend pour les premières fois au Vème siècle et provient du terme "chair cuite". Ce sont les Romains et les Grecs qui déjà à l'antiquité mangeaient lors de festins du jambon fumé. Au XV ème siècle le boucher était appelé "chaircuiter". 

La charcuterie et son histoire...

A base de viande mais également d'abats de porc, la charcuterie désigne aussi le lieu où l'on commercialise se produit. 

La charcuterie est souvent présente dans les régions ou l'élevage du porc fait suite à une tradition de longue date (Italie, Savoie, Auvergne, Sud-ouest et bien d'autres encore). 

Ce sont les romains qui ont fait émerger cette profession notamment grâce à la loi « Porcella » comme expliqué plus haut. 

En france cette pratique arrive bien plus tardivement. C’est en 1475 qu’un édit de prévôté de Paris autorisa à des « maitres charcutiers, saucissiers, boudiniers » la vente de chair de porc cuite et transformée. 

En 1476, les « chaircuitiers » décidèrent de monter un branche spéciale, afin de se dissocier des rôtisseurs avec qui ils étaient souvent confondus. Ils appartiennent toujours à la branche des bouchers. 

C’est en 1513 que les « chairscuitiers » gagnent une plus ample indépendance. Ils peuvent désormais se fournir directement en viande de porc, sans passer par un boucher. 

La charcuterie possède et possédait de multiples déclinaisons (saucisson, jambon, fumé, andouille, noisette, saucisse, pâté, terrines, rillettes…). Ces différentes déclinaisons était souvent associé à des régions bien précises. C’est seulement à la fin du XIX ème siècle que la charcuterie intègre les menus de gala. Ce succès on le doit notamment à Louis-Francois Drone, installé à paris dans les années 1850, avec des méthodes innovantes dans ce domaine. 

C’est seulement en 1963, que l’Association des chevaliers de Saint-Antoine est créé. Elle a pour but d’étudier et de promouvoir la gastronomie du porc et de la charcuterie. 

Les Têtes de lard répondent à vos demandes

Que pensent nos clients de nos produits ?